Rechercher
  • Jean Christophe DECAUX

Meseta

Dernière mise à jour : 10 oct.

L'infini à perte de vue

Au fond coule un chemin

Un paysage à couper le souffle

Profondeur du regard

On aperçoit au loin une église

Un temple perdu au milieu du désert

On y vient à pieds

Abandonnant tout au fil du chemin

Croyances et certitudes.

Seul survit l'essentiel

Celui qui peut affronter les rigueurs du temps

Cailloux, herbes rugueuses, graines ensevelis

Ici avant c'était la mer

Des galets roulés par le ressac s'offrent à nos pas

Tout ce chemin pour retourner à la source

Les plantes redeviennent des algues

Les arbres des coraux, les forêts des rochers

Le vent sussure des échos d'océan

J'y suis comme un poisson dans l'eau

Le soleil se lève sur ce paysage qui ondule

Des ombres m'accompagnent

Générations successives de marcheurs

Pour faire avancer le monde

Grandir dans ce flot de mémoires

Unité du partage, fraternité

Mon cœur se réveille doucement

Tant de couches à déposer

Retrouver la simplicité

Savoir se poser

Réapprendre à respirer

Accepter l'ombre et la lumière

Ralentir pour regarder passer les perturbations

Entretenir ce feu intérieur

Accepter sa différence, la revendiquer

Et surtout accueillir les signes

Ne plus avoir peur

Savoir récolter les fruits de son travail

Les transformer et les partager

Et au milieu se trouve l'improbable

Une rivière de vie

Une Oasis de diversité

Cadeau fait aux hommes

Jean Christophe

08/10/2022

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout